L'apologie du football

L'apologie du football Les vertus du sport sont connues depuis longtemps, mais le football est un sport qui n'a pas d'égal, car il offre de nombreux points positifs. Cet article a pour but de vous faire partager l'universalité de ce sport, le seul capable de déplacer des foules aux quatre coins de la planète ! Pas de discrimination physique au football Contrairement aux autres sports, tout le monde peut jouer et briller au football. Les critères physiques sont tels qu'il n'y a pas de morphologie idéale pour pratiquer ce sport, et être au plus haut niveau. Les meilleurs joueurs du monde mesurent entre 1m55 et 2m00 ! Certains sont plutôt 'secs', d'autres plutôt costauds voire enrobés (n'est-ce pas Maradona, et Gascogne :-) ). La diversité des postes permet à tous d'y trouver son compte. Seul celui de gardien de but nécessite une taille minimale, même si certains s'y sont illustrés du haut de leur mètre 73 (Ettori...). Pas besoin de matériel qui coûte cher, ou d'équipements spéciaux Quelle que soit la famille dont on est issu, on peut réussir sportivement en jouant au foot. Le football peut se pratiquer n'importe où. Il suffit d'un peu d'espace, mais pas nécessairement une pelouse impeccable (sur du sable, sur un terrain vague, dans la rue). Il se pratique tout aussi bien pieds nus, ou avec des chaussures de sport classiques. C'est comme cela que les pays dit 'en voie de développement' peuvent rivaliser avec les pays riches, et même les surclasser (le Brésil par exemple, a dominé le football international pendant près d'un siècle, et reste le pays qui a gagné le plus de Coupe du Monde). C'est un sport dit populaire, car accessible pour le peuple. Ainsi les élites affichent un dédain pour ce sport qui ne les distinguent pas assez de la masse, et vont préférer le Golf par exemple. Un sport qui mélange subtilement les qualités individuelles et collectives, et dont la diversité des phases de jeu est unique Pourquoi le foot génère-t-il le plus d'audimat tous sports confondus ? Pourquoi ne se lasse-t-on pas de regarder des matches toutes les semaines, voire tous les jours pendant la Coupe du Monde ? Parce qu'on ne sait pas à quoi s'attendre ! On ne sait comment les buts vont être amenés, s'ils seront issus d'actions collectives, d'exploits individuels, d'un mélange subtil des deux, ou encore d'inattendus (buts contre son camp...). On ne sait si les buts vont être marqués du pied droit, du pied gauche, de la tête, du genou ou de la poitrine. S'il s'agira de l'intérieur du pied, de l'extérieur du pied, du cou de pied, ou même un 'pointu'. S'il y aura un effet ou pas. Si la distance du tir sera de 2, 5, 10, 15, 20, 25, 30, 40, ou même 50 mètres. Si le but se produira pendant une phase de jeu, ou sur une action arrêtée du type coup-franc ou penalty... Tactiquement, le football est un sport très riche, et ne se limite pas comme la plupart des sports collectifs à une attaque-défense, c'est à dire que chaque fois qu'une équipe a le ballon, elle se retrouve directement dans le camp de l'autre, et là c'est soit l'erreur, soit le but (ex: HandBall ou BasketBall). La distance à parcourir est telle qu'il faut 'construire' son jeu, et parfois reculer pour mieux relancer. La disposition des joueurs sur le terrain ressemble à une partie d'échecs entres les équipes, dont les entraîneurs seraient les maîtres à jouer. Des systèmes tels que le 4-4-2 (càd. 4 défenseurs, 4 milieux de terrains, et 2 attaquants) sont souvent pratiqués. Des variantes offensives (4-3-3) ou défensives (5-4-1), ou encore plus originales existent. Mais ceci est très schématique, car sur le terrain, des rôles sont attribués à chaque joueur (Libéro, Stoppeur, Meneur de Jeu, ...). Les défenses peuvent se faire par un marquage individuel, ou par une défense de zone. Je n'exposerai pas ici toutes les tactiques et stratégies praticables au football, trop nombreuses. Certains joueurs surdoués permettent d'adopter des tactiques inimaginables, comme on a pu le voir avec le Brésil-Norvège, où la Norvège avait pour intention d'attendre les 10 dernières minutes pour attaquer, et battre le Brésil. La tactique a fonctionné, et la Norvège a marqué 2 buts dans les minutes ultimes de la partie. Un suspense parfois insoutenable La rareté des buts rend le foot un sport où l'exploit est toujours possible pour une équipe à priori plus faible que son adversaire du jour. La chance est un ingrédient indispensable au football. Comment expliquer qu'une frappe de 25 mètres va heurter le poteau, et revenir en jeu, ou bien heurter le poteau et rentrer dans le but ? Un peu de vent peu parfois changer une trajectoire d'un nombre suffisant de centimètres pour changer la conséquence d'un tir... Cet exemple extrême ne survient peut-être pas à chaque match, mais les tirs sur le poteau sont tout de même très fréquents dans ce sport. L'arbitrage, souvent controversé dans ce sport, et dont des réformes sont envisagées, apporte lui aussi son lot d'injustices ou de 'coup de pouce'. Y avait-il penalty ? Simulation du joueur ?... Lorsqu'au tennis un joueur gagne un match, c'est qu'il a été meilleur que son adversaire. Au football, ce n'est pas toujours vrai. Il faut concrétiser les occasions de buts. On ne marque pas de points comme en boxe lorsque l'on domine une partie. La gestion d'un match est ainsi rendue très difficile, car il suffit d'une erreur pour que l'adversaire marque un but sur une occasion unique. Les revirements de situation sont également monnaie courante. Certains matches marqueront l'histoire, car des choses exceptionnelles s'y sont produites. Ainsi, tout le monde se souviendra du Marseille-Montpellier, où Marseille qui fut mené 0-4 à la mi-temps, est parvenu à gagner son match par 5 buts à 4 ! D'autres exemples tels que le France-Allemagne de la Coupe du Monde 1982 restent encore dans toutes les mémoires, même si l'issue fut défavorable à la France. Les conditions climatiques Le foot est un sport de plein air. Rares sont les stades équipés de toits couvrants. Le football se joue donc par tous les temps, qu'il vente, pleuve ou neige! Sous un soleil accablant, ou avec un vent glacial! Ainsi, le climat fait partie des innombrables facteurs qui ont une incidence sur le déroulement et l'issue d'une partie. Les Coupes du Monde ont souvent lieu en juin-juillet, donc souvent sous une forte chaleur. Les équipes africaines et du Moyen-Orient ont parfois été avantagées lorsque les matches se sont déroulés à midi pendant la Coupe du Monde aux Etats-Unis, car la température avoisinait alors les 38 degrés! Il en est de même pour les équipes habituées à jouer par temps de pluie, sur une pelouse très grasse (équipes du nord en général, ou des îles britanniques). Le Public, le 12ème Homme Lorsque l'on va au stade (et par tous les temps!), on participe d'une certaine manière à la victoire (ou à la défaite) de son équipe. Le public est le 12ème homme; les statistiques sont là pour le confirmer... En Coupe du Monde, une fois sur deux c'est le pays organisateur qui remporte la compétition! La France aurait-elle gagné la Coupe du Monde si elle ne jouait pas à domicile? Que penser d'un France-Paraguay qui se serait déroulé à Asuncion? Ou encore d'un France-Italie à Milan ? Nul ne peut le dire. Dans les différents championnats européens, les résultats se répartissent ainsi: 50 % des équipes évoluant à domicile gagnent leur match, 30 % font matchs nuls, 20 % perdent. Les Championnats et les Coupes... Deux types de compétitions majeures existent en football : les Championnats, et les Coupes. Chacune nécessite une approche différente pour les équipes qui y participent. Lors d'un championnat, une équipe va rencontrer un même nombre de fois toutes les équipes participants à ce championnat. Des points sont attribués à chaque résultat (la formule la plus adoptée dans les championnats professionnels consiste à donner 3 points à une équipe qui gagne, 1 point à une équipe qui fait un match nul, et 0 points à une équipe qui perd). Le vainqueur du championnat est l'équipe qui a obtenue le plus de points à la fin de celui-ci. La Coupe quant à elle, consiste à jouer contre un adversaire souvent tiré au sort, puis à se qualifier pour le tour suivant. Les matchs sont à élimination directe, c'est à dire qu'il faut obligatoirement battre son adversaire sur un ou deux matchs (aller et retour) pour se qualifier. De plus, il ne peut y avoir de match nul, d'où la prolongation, le but en OR, et les tirs au but. Cette épreuve est plus 'excitante' car on joue gros à chaque match. Elle a l'inconvénient de ne pas assurer un nombre minimum de matches à jouer par équipe, et n'est donc pas toujours rentable. Par contre, ce type d'épreuve permet des exploits liés au contexte particulier de cette compétition. De plus, on peut éviter des équipes à priori plus fortes du fait du hasard du tirage au sort. Aujourd'hui, un mélange des deux types de compétition est adopté dans beaucoup de tournois internationaux, tels que la Coupe de Monde ou la European Champion's League. Les premiers tours consistent alors en de mini-championnats, et les tours finaux sont du type Coupe

juin
10:00
Complexe sportif de Porcelette